AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 V. La partie sauvage [Partie sauvage]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Divinité

avatar
I am
Arrivé sur l'île le : 20/08/2014
Nombre de Messages : 92
Points : 0


MessageSujet: V. La partie sauvage [Partie sauvage]   Mer 31 Déc - 10:56















   ❝ Partie sauvage ❞
 

☸ ♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒♒ ☸

 

 
© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
 




Je n'accepterais pas le blanc, juste l'écho d'un soupir.


Dernière édition par Déesse Pélé le Jeu 1 Jan - 17:32, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://diabolicisland.forumactif.org

Divinité

avatar
I am
Arrivé sur l'île le : 20/08/2014
Nombre de Messages : 92
Points : 0


MessageSujet: Re: V. La partie sauvage [Partie sauvage]   Mer 31 Déc - 10:56





Faune de l'île





Colibris :
La famille des trochilidés comprend actuellement 340 espèces d'oiseaux couramment appelées colibris. Ils sont également surnommés « oiseaux mouches » à cause de leur petite taille et leurs battements d'ailes rapides. Ces oiseaux colorés se rencontrent exclusivement dans les Amériques et on en rencontre des espèces à presque toutes les latitudes et biotopes. Ils sont particuliers à plusieurs égards, ils peuvent voler vers l'arrière ou sur place et effectuer des voltiges impressionnantes. Ils sont capables d'une « hibernation » nocturne et de voir les ultra-violets. En outre, ils ont un métabolisme extrêmement élevé, un rapport entre la masse corporelle et la masse du cerveau tout aussi élevé, une capacité à faire des vocalises complexes et une capacité d'apprentissage des chants comparable à celle des Psittacidae et des Passeriformes.

Perroquets
Le terme perroquet est un terme du vocabulaire courant qui désigne plusieurs sortes d'oiseaux psittaciformes ayant généralement un gros bec crochu, une taille importante, des couleurs vives et qui sont doués pour l'imitation des sons ou de la parole. Ces oiseaux sont surtout connus du grand public pour leur faculté d'imitation de la voix humaine, très développée chez certains spécimens. C'est l'une des raisons qui expliquent leur adoption depuis des siècles comme animal de compagnie. Ce succès a eu des conséquences désastreuses pour de nombreux Psittacidés qui sont devenus rares à l'état sauvage. Des espèces désormais protégées sont encore victimes de captures illégales ou de trafics d'œufs, malgré les campagnes d'information auprès du public.

Toucans
Le toucan régule sa température grâce à son bec c’est d’ailleurs pour ça qu’on le retrouve sur des îles à forte température. En les filmant en infrarouge, dès que la température dépasse 16 °C, le bec du toucan s'échauffe jusqu'à une dizaine de degrés supplémentaires. Dans cet organe richement vascularisé, c'est le sang qui joue le rôle de liquide de refroidissement. Les vaisseaux, contractés pour éviter la déperdition de chaleur lorsqu'il fait froid, sont dilatés et irradient de la chaleur vers l'extérieur quand la température ambiante augmente. Le phénomène est similaire à celui qui se produit dans les oreilles de l'éléphant, à la différence que la « climatisation » du toucan est quatre fois plus efficace que celle du pachyderme.

Serpents corails
Les serpents corail sont connus pour leurs anneaux colorés rouges, jaunes et noirs. Certains ont dit que si le rouge touchait le noir l'espèce en question n'était pas venimeuse, mais cela est faux. Les serpents corail peuvent avoir différents aspects. Certaines espèces n'ont que des anneaux rouges et noirs, ou n'ont aucun anneau du tout. Les couleurs très vives du serpent corail sont un avertissement pour les autres animaux. En effet, ses ennemis savent qu’elles signifient que ce serpent est très venimeux. Les serpents corail sont dispersés dans les forêts. Attaqués, les serpents les plus dangereux restent sans défense si on les attrape par derrière la tête. Aussi certains ont dit que le serpent corail préfère attirer l'attention de son ennemi sur le bout de sa queue. Contrairement à d'autres espèces, il ne redresse pas la tête en cas de danger, il est facile de lui marcher dessus ou d'être victime de morsure lors du jardinage. Même à faible dose, son venin n'est pas sans danger pour l'homme puisqu'il est neurotoxique : il a la particularité de paralyser le système nerveux.

Iguanes
Ce sont des reptiles semi-arboricoles, terrestres ou marins, végétariens bien qu'ils mangent des mouches et des insectes volants. Les iguanes terrestres peuvent rester jusqu'à plusieurs heures sans bouger. Ils se tiennent seuls ou à plusieurs. Il s'agit d'animaux principalement diurnes. Leur peau écailleuse est d'une couleur leur permettant plus ou moins de se fondre dans le paysage et ainsi d'échapper à leurs prédateurs. L'iguane possède un troisième œil se trouvant sur la tête, au niveau du dos. Il prend l'aspect d'un petit œil plein, grisâtre et sans paupière ; d'où la délicatesse à observer lors des manipulations auprès de cette zone. L'œil pinéal ne confère pas une vision normale mais donne à l'iguane la possibilité, sans avoir à lever le cou et ainsi exposer ses régions anatomiques vulnérables, d'être informé d'éventuelles attaques de prédateurs ainsi que de l'intensité des rayons lumineux.

Alligators
Les alligators sont caractérisés par un museau plus large que celui des crocodiles. Les deux espèces qui existent ont également tendance à être de couleur plus sombre, souvent presque noire, mais la couleur dépend beaucoup de l'eau. Les eaux chargées en algues produisent des alligators verts ; les alligators venant d'eaux contenant beaucoup d'acide tannique en provenance des arbres qui les surplombent sont souvent plus sombres. De plus, chez les alligators, seules les dents supérieures sont visibles quand ils ferment les mâchoires, au contraire des crocodiles, dont on peut voir les dents supérieures et inférieures. Toutefois, de nombreux individus présentent des difformités dans les mâchoires, ce qui complique ce moyen d'identification. En moyenne, le poids d'un alligator est de 360 kg et sa longueur de 4 mètres.

Tortues de mer
Les tortues marines sont les tortues de la superfamille des Chelonioidea. Elles sont présentes dans tous les océans du monde à l'exception de l'océan Arctique. La tortue luth est la plus grande, mesurant 2 m de long, de 1 m à 1,5 m de large et pesant 600 kg. La taille moyenne des autres espèces va de 50 cm à 1 m et est proportionnellement moins large. Ces espèces sont toutes vulnérables ou menacées. Elles font localement l'objet de protection ou de plan de restauration, mais la pollution, le braconnage et les prises accidentelles par engins de pêche restent des causes préoccupantes de recul de populations, déjà très relictuelles. Toutes les tortues présentent autour de l’île du diable sont enfermé dans une zone bien précise de manière à ce qu’aucune ne s’échappent … Elles ont toutes été amené autour de l’île par des braconniers de manière interdite.

Requins
Les premiers requins sont apparus au dévonien, il y a environ 420 Ma. À partir du crétacé, il y a 100 Ma, beaucoup d'espèces de requins ont adopté leur forme moderne. Depuis, il existe plus de 465 espèces de requins regroupées en 35 familles. En sus de ces espèces encore vivantes beaucoup d'espèces ne sont connues que par leurs fossiles. Ils ne vivent généralement pas dans l'eau douce, mais il y a quelques exceptions, telles que le requin-bouledogue et les requins de rivière qui peuvent vivre aussi bien dans l'eau de mer que dans l'eau douce. Ils respirent à travers cinq à sept fentes branchiales. Les requins ont un revêtement de denticules dermiques qui protègent la peau contre les parasites en plus d'améliorer leur hydrodynamisme. Ils ont également plusieurs rangées de dents qui se renouvellent régulièrement. Malgré une mauvaise réputation véhiculée par les médias, seulement cinq espèces sont considérées comme dangereuses pour l'homme.

Panthères
La Panthère noire n’est pas une sous-espèce à part entière mais une variante mélanique. En effet, chez la panthère noire, le fond de la fourrure devient très foncé, presque noir, car le poil accumule un pigment : la mélanine. Après de nombreuses hésitations, panthère et léopard sont aujourd’hui considérés comme une seule espèce. On peut donc indifféremment dire "panthère noire" ou "léopard noir". En fait, la robe de la panthère noire porte aussi des tâches, mais celles-ci, sur le fond sombre de la fourrure, ne peuvent être distinguées. Cette anomalie de pigmentation est plus fréquente chez les panthères des forêts humides du Sud-Est asiatique. Dans ces pays, la panthère noire a d'ailleurs la réputation injustifiée d'être plus féroce alors qu'elle ne diffère en rien de ses congénères à la robe plus claire. Dans une même portée, des petits peuvent naître entièrement noirs à côté de leurs frères tachetés. On retrouve cette combinaison de gènes chez d’autres espèces de félins comme le jaguar et le chat domestique. La panthère noire, comme toutes les panthères, nage et grimpe très bien aux arbres. Son mode de vie est tout à fait semblable à celui des autres panthères.

Mygale
Les mygales sont caractérisées par une articulation crochets-partie supérieure des chélicères qui se fait dans l'axe longitudinal du corps. Au repos, les crochets ne se croisent pas et sont repliés parallèlement. Le corps des mygales est aussi beaucoup plus massif que celui des aranéomorphes et des mésothèles. En remarquant que certaines mygales arrivaient à se stabiliser sur des substrats mouvants comme des plaques de verre glissant les unes sur les autres, des chercheurs ont pu montrer qu'elles produisent aussi de la soie via des « microtubules » répartis à l’extrémité de leurs pattes (tarses) quand elles sont en danger ou qu'elles glissent. Sur les mues de ces araignées, le microscope révèle des tubules sécréteurs de soie, répartis sur la surface de contact du tarse.

© Jawilsia sur Never Utopia





Je n'accepterais pas le blanc, juste l'écho d'un soupir.


Dernière édition par Déesse Pélé le Mar 6 Jan - 17:27, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://diabolicisland.forumactif.org

Divinité

avatar
I am
Arrivé sur l'île le : 20/08/2014
Nombre de Messages : 92
Points : 0


MessageSujet: Re: V. La partie sauvage [Partie sauvage]   Mer 31 Déc - 10:56





Flore de l'île





Hibiscus :
L'hibiscus est un genre de plantes à fleurs annuelles ou vivaces qui comporte plus de 30 000 variétés. L’hibiscus fait partie de la famille des malvacées. Les fleurs, monochromes ou bicolores, sont torsadées avant l'ouverture complète. Elles peuvent apparaître de mars à octobre si la plante est dans les conditions requises ; cependant, certains cultivars issus des sélections d'horticulteurs peuvent fleurir toute l'année. Il est normal que la fleur de H. rosa sinensis se referme et tombe au bout de 24 heures environ. Hibiscus syriacus est la fleur nationale de la Corée du Sud. Appelée « Fleur d'éternité », (mugunghwa en coréen), elle illustre « l'esprit volontaire et modeste » du peuple coréen. Les Coréens ont prisé l'althéa comme une fleur céleste depuis le passé. Le royaume Silla s'est aussi appelé le pays Mugunghwa.C'est certainement la fleur qui domine le plus sur l'île il y en a de toute les variétés et toutes les couleurs.

Gardenia :
La Gardenia est originaire des régions chaudes du Japan et de Chine. Les gens en Chine connaissent cette plante sous le nom de Chin Tzu ou d'Huang, les deux signifiant "fleur jaune". Cette fleur ajoute du goût aux thés et aux parfums. Auparavant, la pulpe de son fruit servait de colorant pour les tissus. La plante atteint une hauteur de 2 mètres 50. Les feuilles blanches font un diamètre de 5 à 25 centimètres. Les feuilles grasses et sombres ont une longueur de 10 à 15 centimètres.

Anthurium :
L'Anthurium est connu pour ses couleurs vives. Cette fleur fut introduite à Hawaii en 1889 par S.M. Damon, d'Angleterre. Sa hauteur est généralement d'un mètre. Ses feuilles en cœur sont longues de trente centimètres. Les espèces ont une distribution néotropicale : la plupart croissent dans les forêts tropicales humides d'Amérique centrale et d'Amérique du Sud mais quelques-unes poussent dans des milieux semi-arides. On les trouve du nord du Mexique à l'Argentine et plus particulièrement au Panama, en Colombie, au Brésil, en Guyane, en Équateur. Elles seraient absentes d'Asie bien qu'on les trouve dans quelques forêts humides asiatiques où elles auraient été introduites : par exemple, l'anthurium rouge au Sri Lanka. Tout comme dans les pays d'Asie, cette fleur à été cultivé sur l'île du diable donnant ainsi à la forêt tropical beaucoup d'arbuste de cette espèce.

Oiseau du Paradis :
L'Oiseau du Paradis est originaire d'Afrique du Sud. Elle peut pousser jusqu'à 1 mètre 50 de haut. Les hawaiiens nomment cette fleur Ali'ipoe ou Li'ipoe, qui signifie petites boules. Un autre de ses noms est Canna, qui est soit le mot latin pour roseau ou le nom indien désignant l'aide de Bouddha. Cette plante est très répendue partout sur l'île donnant plus de fantaisie au lieu. Les première ont été importés puis petite à petit la plante à poussé d'elle même partout sur l'île.

Palmier :
Les Palmiers, Palmacées, Palmae, ou Arécacées forment une famille de plantes monocotylédones. Facilement reconnaissables à leur tige non ramifiée, le stipe, surmonté d'un houppier de feuilles pennées ou palmées, les palmiers symbolisent les déserts chauds et les côtes et paysages tropicaux. Plante à la fois primitive (ancienne) et très évoluée (complexe), elle peut s'adapter à des conditions climatiques diversifiées de la forêt équatoriale au désert aride. Sensibles au gel, les palmiers ne dépassent pas la latitude de 50° Nord ou Sud et préfèrent les nombreuses contrées tropicales. Ils sont le plus souvent à leur aise sous un climat méditerranéen.

Arbre du voyageur :
L’arbre du voyageur ou ravenale est une plante tropicale de la famille des Strelitziaceae, originaire de Madagascar. Espèce endémique, c'est aussi la seule espèce du genre dans l'île. Ravinala est le nom malgache de l'arbre. Son nom vernaculaire dans les langues occidentales viendrait du fait que l'eau conservée dans la gaine foliaire à la base de ses feuilles permet au voyageur de se désaltérer. Ses vastes feuilles sont disposées en éventail, dans un même plan. Leur base en forme de coupe retient l'eau de pluie dans laquelle de nombreux moustiques viennent pondre. A Madagascar, ces réservoirs d'eau hébergent des espèces très originales qui sont inféodées.

© Jawilsia sur Never Utopia





Je n'accepterais pas le blanc, juste l'écho d'un soupir.


Dernière édition par Déesse Pélé le Sam 3 Jan - 17:09, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://diabolicisland.forumactif.org

Divinité

avatar
I am
Arrivé sur l'île le : 20/08/2014
Nombre de Messages : 92
Points : 0


MessageSujet: Re: V. La partie sauvage [Partie sauvage]   Mer 31 Déc - 10:57





Climat de l'île





Le climat de l’île est un peu le même type de climat présent entre les tropiques, généralement jusqu'à 14 degrés de latitude nord et sud. Le climat sur l’île est un climat non aride où la température moyenne mensuelle ne descend pas en dessous de 18 °C tout au long de l'année. Toutefois, la notion de transversalité des climats arides, unis en un groupe commun, est discutable, et il est tout à fait envisageable de considérer comme valide la notion de climats arides tropicaux, lesquels se distinguent clairement des climats arides tempérés ou froids.

Selon les experts, c'est donc la pluviosité qui définit avant tout les saisons. Il existe une saison sèche et une saison humide (hautes températures, très fortes précipitations), la saison sèche ayant lieu autour du solstice d'hiver, lorsque les températures sont généralement plus fraîches, et la saison humide autour du solstice d'été, lors des mois les plus chauds. Mais là encore, cela reste très approximatif : bien qu'assez rares, des climats tropicaux avec sécheresse estivale et pluies hivernales existent bel et bien : face est de l'île d'Hawaii, îles Canaries, centre-nord du Viêt Nam, certaines région du Brésil. L’île du diable s’apparente un peu à un climat tropical avec beaucoup plus de soleil en été. Il arrive que de fortes pluies viennent gâcher les vacances à la plage mais le soleil sera toujours présent dans le ciel malgré tout. Enfin, il existe sous les tropiques, mais à plus de 10-15° de latitude, des territoires clairement tropicaux mais qui ont des précipitations (abondantes, modérées, ou faibles, sans être trop limitées pour rentrer dans le cadre de l'aridité) réparties de manière plus ou moins homogène.

En dehors de ces cas particuliers, pour ce qui est du cadre général, le maximum pluviométrique est lié à la présence de la (zone de convergence intertropicale). Le régime tropical classique ne comporte alors qu'un maximum, qui se place au solstice d'été, ainsi les pluies d'été ou d'automne rafraîchissent l'atmosphère et abaissent les moyennes thermiques. La saison humide est plus ou moins longue, selon la distance par rapport à l'équateur.


© Jawilsia sur Never Utopia





Je n'accepterais pas le blanc, juste l'écho d'un soupir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://diabolicisland.forumactif.org


I am
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: V. La partie sauvage [Partie sauvage]   
Revenir en haut Aller en bas
 

V. La partie sauvage [Partie sauvage]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Choucroute Partie à Moga
» Frédéric Sauvage avant l'Atlantic city pro 2009
» Pêche 100% sauvage sur le grand Rhône,
» Une partie de pêche au coup pour la brème
» Collision contre un animal sauvage : que faire ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'île du diable :: Premiers pas :: Avant toute chose :: Guide touristique-